100% maroc

forum 100 % marocain
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ROMEO ET JULIETTE une autre histore or le saint valentin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
angella



Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: ROMEO ET JULIETTE une autre histore or le saint valentin   Ven 9 Fév - 12:59

Acte premier
Roméo et Juliette, de Ford Madox Brown -
Roméo, amoureux transi : réel amour pour Juliette, ou bien simple vénération pour son image, telle une nouvelle Rosaline - manière d'échapper au monde réel ? [1]A Vérone, depuis des années et malgré l’interdiction d’Escalus, le prince de Vérone, les deux familles des Capulet et des Montaigu se haïssent et ne manquent pas une occasion de se battre à la moindre rencontre. La pièce commence ainsi par une bataille entre des partisans des deux familles. Après cette bataille, Lady Montague, la femme de Montague, chef de file des Montaigu, constate que Roméo, son jeune fils et héritier de la famille Montaigu, n’était pas dans la bagarre. Elle demande donc à Benvolio, neveu de Montague et ami de Roméo, où il est. Celui-ci répond qu’il ne sait pas mais qu’il l’a vu pleurer le matin même dans les bois. Arrive à ce moment Roméo, et Benvolio demande qu’on le laisse seul afin d’interroger Roméo. On apprend alors que Roméo est éperdument amoureux de la jeune Rosaline (« Benvolio. Amoureux ? Roméo. Eperdu… Benvolio. D’amour ? Roméo. Des dédains de celle que j’aime . »), et que ces larmes s’expliquent par le fait qu’elle a promis de rester chaste toute sa vie.

Cependant, le vieux Capulet décide de donner le soir même une grande fête, avec tous les membres de sa famille et ses alliés, afin de Permettre à sa fille, Juliette, de rencontrer le comte Paris qui l’a demandée en mariage. Capulet et sa femme sont tout à fait d’accord pour cette union : « Capulet. Courtisez-la, gentil Paris, obtenez son cœur ; mon bon vouloir n’est que la conséquence de son assentiment ». Apprenant la nouvelle à la suite d’un quiproquo (un Valet des Capulet les invite sans savoir qu’ils sont de la maison ennemie), Roméo décide d’y aller pour voir Rosaline qui est une Capulet.

Ainsi, Roméo, accompagné de ses amis Benvolio et Mercutio, se présente masqué à la porte de la maison des Capulet. Mais Roméo hésite : il ne veut finalement plus danser car il dit être trop triste et ne pas vouloir gâcher la soirée de ses amis (« Roméo. Non, croyez-moi : vous avez tous la chaussure de bal et le talon léger : moi, j’ai une âme de plomb qui me cloue au sol et m’ôte le talent de remuer »). Mercutio parvient finalement, grâce à sa rhétorique, à le convaincre d’entrer. Mais à l’intérieur, ils sont reconnus à cause de leur voix par Tybalt, neveu du vieux Capulet, qui veut les jeter dehors. Son oncle l’en empêche et vante la bonne réputation de Roméo.

Au cours de la soirée, Roméo aperçoit Juliette et oublie instantanément son amour pour Rosaline. Il ne pense plus qu’à Juliette, qui éprouve elle-même au même instant les mêmes sentiments. Il s’approche d’elle et l’embrasse deux fois, puis il sort de la maison. Les deux jeunes gens cherchent alors à s’informer réciproquement de l’identité de l’autre (« Juliette. Va, demande son nom. – S’il est marié mon tombeau, je le crains, sera mon lit de noces. »), et sont accablés lorsqu’ils découvrent que chacun aime son pire ennemi : « Juliette. Mon unique amour émane de mon unique haine ! Je l’ai vu trop tôt sans le connaître et je l’ai connu trop tard. Il m’est né un prodigieux amour, puisque je dois aimer un ennemi exécré ! ».

Chœur.


Acte II
Roméo, qui ne peut supporter d’être éloigné de Juliette, entre pendant la nuit dans le jardin des Capulet en escaladant un mur qui longe leur jardin. Benvolio et Mercutio, qui ne savent pas que Roméo aime Juliette, essaient de l’en faire sortir. Ils abandonnent et partent car Roméo de répond pas : « Benvolio. Oui, partons ; car il est inutile de chercher ici qui ne veut pas se laisser trouver. ». Roméo reste alors posté sous le balcon de Juliette et, lorsque cette dernière sort, il lui déclare toute sa passion (« Roméo. Voilà l’Orient, et Juliette est le soleil ! »). Juliette fait de même dans un dialogue où les deux amoureux rivalisent d’amour et de belles phrases : « Juliette. Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de m’aimer, et je ne serais plus une Capulet. […] Ton nom seul est mon ennemi. ». Cependant, Juliette a peur que Roméo ne soit pas totalement sincère et lui annonce qu’elle enverra le lendemain un messager pour savoir si ses intentions sont vraies et si leur mariage est possible. Après plusieurs fausses sorties, ils finissent par se séparer.

Roméo va alors vite voir frère Laurent, un moine franciscain qui est son confesseur, et lui explique la situation. Ce dernier déplore l’inconstance de Roméo (« Ah ! L’amour des jeunes gens n’est pas vraiment dans le cœur, il n’est que dans les yeux ») mais quand il apprend que c’est un amour réciproque, il promet d’arranger son mariage car cela pourrait réconcilier les Capulet et les Montaigu.

Le matin, Benvolio et Mercutio se réjouissent de voir Roméo à nouveau souriant et heureux. Alors qu’ils étaient en train de plaisanter, la nourrice, accompagnée de son valet Pierre, arrive et déclare vouloir parler en privé à Roméo de la part de Juliette. La nourrice explique à Roméo que sa maîtresse est sincère et qu’elle espère que Roméo l’est tout autant, ce qu’il s’empresse de lui confirmer. Il lui demande alors de dire à Juliette qu’elle aille se confesser l’après-midi à frère Laurent, qui les mariera à ce moment, et de préparer une échelle pour qu’il puisse la rejoindre la nuit suivante.

Ravie, la nourrice revient vite chez les Capulet (« Seigneur ! Elle va être bien joyeuse. »). Juliette, très nerveuse, l’attend dans le jardin et, malgré l’essoufflement de sa nourrice, la harcèle de questions pour savoir ce qu’à dit Roméo : « Que dit-il de notre mariage ? Qu’est-ce qu’il en dit ? […] Voyons, que dit Roméo ? ». La jeune fille se précipite alors chez le frère Laurent, où ce dernier l’attend avec Roméo qu’il essaie de calmer : les deux amants montrent la même impatience. Frère Laurent les entraîne hors de la scène pour célébrer leurs noces.


Acte III
Benvolio essaie de convaincre Mercutio d’arrêter de se promener dans la ville par peur d’une querelle avec les Capulet : « la journée est chaude ; les Capulet sont dehors, et, si nous les rencontrons, nous ne pourrons pas éviter une querelle ». Arrive alors Tybalt et le ton monte, puis Roméo qui se fait insulter par Tybalt. Roméo refuse de se battre car, mais il est le seul sur scène à le savoir, il fait maintenant partie de la même famille que Tybalt. Mercutio, indigné, prend sa place armé de son épée. Bien que Roméo s’interpose, Mercutio est blessé par Tybalt. Ce dernier s’enfuit immédiatement après. Mercutio, après avoir maudit la querelle des deux maisons ennemies, meurt quelques minutes plus tard. Roméo déplore alors sa propre lâcheté : « O ma douce Juliette, ta beauté m’a efféminé ; elle a amolli la trempe d’acier de ma valeur ». Tybalt revient triomphant sur la scène (« Voici le furieux Tybalt qui revient.»). Roméo prend son épée et le tue, puis il prend la fuite. Benvolio reste donc seul pour expliquer au prince Escalus et aux deux familles, qui arrivent peu de temps après sur scène, ce qu’il s’est passé. Le prince décide de bannir Roméo : « Et, pour cette offense, nous l’exilons sur-le-champ ».

C’est la nourrice qui apporte la terrible nouvelle à Juliette. Cette dernière, qui attendait impatiemment la nuit où son mari devait la rejoindre, est alors partagée de désespoir entre son attachement familial à Tybalt et son amour pour Roméo. Cependant, c’est le bannissement de Roméo qui semble le plus l’affecter : « Mais à la suite de la mort de Tybalt, faire surgir cette arrière-garde : Roméo est banni, prononcer seulement ces mots, c’est tuer , c’est faire mourir à la fois père, mère, Tybalt, Roméo et Juliette ! ». La nourrice promet d’aller chercher Roméo et de le lui amener avant son départ pour l’exil.

Elle le retrouve dans la cellule du père Laurent où il s’est réfugié. Il est aussi désespéré car il considère l’exil comme pire que la mort, et il pense que Juliette ne voudra plus de lui (« Hors des murs de Vérone, le monde n’existe pas ; il n’y a que purgatoire, torture, enfer, même. Etre banni d’ici, c’est être banni du monde ; et cet exil-là, c’est la mort. »). La nourrice l’avertit qu’il peut toujours venir cette nuit et lui remet une bague de la part de Juliette.

Pendant ce temps, le vieux Capulet, qui s’inquiète de l’état de sa fille, décide d’avancer son mariage avec le comte Paris pour lui changer les idées (mais il ne veut pas non plus trop l’avancer pour ne pas faire une fête juste après la mort de Tybalt). Il charge sa femme de prévenir Juliette. Cette dernière, après avoir passé une partie de la nuit avec Roméo, lui dit difficilement adieu. Toutefois, Roméo lui promet que tout finira bien et que ses pressentiments n’ont pas lieu d’être : « Juliette. J’ai dans l’âme un présage fatal. Maintenant que tu es en bas, tu m’apparais comme un mort au font d’une tombe. Roméo. […] toutes ces douleurs feront le doux entretien de nos moments à venir. ». Il part alors pour Mantoue, une ville proche de Vérone.

Confrontée à sa mère qui vient lui parler du mariage avec Paris, Juliette déclare qu’elle refuse de l’épouser et qu’elle préfère encore se marier avec Roméo… Le vieux Capulet s’énerve et l’insulte : soit elle épousera le comte soit il la renie. Juliette, abandonnée par tous, même par la nourrice qui lui conseille d’accepter, décide d’aller consulter le frère Laurent : s’il n’a rien d’autre à lui conseiller, elle se tuera.


Acte IV
Frère Laurent, qui a déjà été informé de la situation par Paris, propose alors à Juliette de prendre une potion qui lui donnera l’apparence de la mort durant 42 heures. Elle sera ainsi enfermée dans le tombeau des Capulet mais il viendra, avec Roméo, la délivrer lorsque la potion n’aura plus d’effet : « Cependant, avant que tu ne sois éveillée, Roméo, instruit de notre plan par mes lettres, arrivera ; lui et moi nous épierons ton réveil, et cette nuit-là même Roméo t’emmènera à Mantoue ». Juliette accepte et repart avec une fiole.

Elle décide même d’avancer la date de son mariage d’un jour : elle se dit prête à épouser Paris. Mais la nuit qui précède le mariage, elle s’isole dans sa chambre pour prier et, après une longue hésitation (et si c’était du poison ? et si elle se réveillait avant l’arrivée de Roméo ?) elle avale le contenu de la fiole.

Le matin, la nourrice découvre Juliette morte et tous pleurent, tous se lamentent : « La nourrice. Ô douleur ! ô douloureux, douloureux, douloureux jour ! Jour lamentable ! » , « Capulet. Sinistre catastrophe, pourquoi es-tu venue détruire, détruire notre solennité ? ». Le frère Laurent fait alors en sorte que tout se déroule comme prévu.


Acte V
A Mantoue, Roméo voit arriver son valet Balthazar qui lui annonce la mort de Juliette : il décide immédiatement de se procurer du poison et de revenir à Vérone pour mourir aux côtés de Juliette (« Oui, Juliette, je dormirais près de toi cette nuit » ). En fait, le frère Laurent apprend que son messager, le frère Jean, n’a pas pu apporter la lettre : «Frère Jean. Je n’ai pas pu l’envoyer, ni me procurer un messager pour te la rapporter, tant la contagion effrayait tout le monde ». Le frère Laurent se rend donc seul au cimetière pour délivrer Juliette.

Pendant ce temps, près du tombeau de la famille Capulet, le comte Paris, venu apporter des fleurs à Juliette, rencontre Roméo qui, désespéré, le tue en duel. Puis il fait ses adieux à Juliette avant d’avaler le poison : « O mon amour ! ma femme ! La mort qui a sucé le miel de ton haleine n’a pas encore eu de pouvoir sur ta beauté : elle ne t’a pas conquise. […] A ma bien-aimée ! (il boit le poison) Oh ! l’apothicaire ne m’a pas trompé : ses drogues sont actives… Je meurs ainsi… sur un baiser ! (il expire en embrassant Juliette) ». Le frère Laurent arrive peu de temps après et découvre, horrifié, les deux corps sans vie. Juliette se réveille à ce moment là, et le frère Laurent essaie de la convaincre de s’enfuir avec lui dans un couvent. Mais cette dernière, qui apprend la mort de Roméo, se tue avec la dague de son mari, après un dernier baiser.

Le prince Escalus, le vieux Montaigu dont la femme est morte pendant la nuit, et les deux Capulet se retrouvent dans le cimetière. Frère Laurent leur raconte alors la véritable histoire des deux amants ; il a pour preuve une lettre que Roméo a écrite avant d’aller voir Juliette au cimetière. Les deux pères se réconcilient et déclarent vouloir chacun élever une statue de l’enfant de l’autre.


Antériorité
L'histoire prend sa source dans le mythe de Pyrame et Thisbé, notamment conté par Ovide dans Les Métamorphoses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ROMEO ET JULIETTE une autre histore or le saint valentin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire d'amour impossible
» une autre poussette
» autre fois impots
» Comment fait on pour avoir constament une photo ou autre ...
» Lanoline Lansinoh ou autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
100% maroc :: 2009 :: Culture Générale-
Sauter vers: